Take a fresh look at your lifestyle.

Comment surveiller les arrêts maladie ?

0

Lorsque l’on est salarié d’une entreprise, quelle que soit la taille et l’importance de celle-ci, on a le droit de bénéficier d’un arrêt maladie. En clair lorsque l’on ne se sent pas bien, que l’on va consulter un médecin et que celui-ci considère que l’on n’est pas apte à travailler pendant quelques jours, voire quelques semaines, il peut délivrer un document attestant que la personne ne doit pas se rendre sur son lieu de travail afin de se soigner. Le système français ainsi établi est donc positif, puisqu’il offre la chance de pouvoir prendre soin de soi quand on n’est pas en forme.

Les abus dans la délivrance d’arrêts maladies

Cela étant le système a, au fil du temps été détourné de son but originel. Aujourd’hui on peut donc demander à un médecin complaisant de délivrer ce type de document sur demande, même lorsque l’on n’est pas malade du tout. Or cela n’est absolument pas autorisé a priori et lorsque le praticien consent à délivrer un arrêt maladie pour un prétexte qui n’a rien à voir avec une affection, il commet une faute. Pourtant le salarié, lui, bénéficie d’un congé gratuitement. Pour l’entreprise cela crée de facto un manque de force de travail. Heureusement grâce aux service de Mediverif, l’entreprise a la possibilité de vérifier le bien-fondé de l’arrêt maladie.

Réaliser une contre-visite médicale

Un médecin indépendant, sur la demande de l’entreprise, est mandaté pour effectuer une visite médicale au domicile de la personne concernée par l’arrêt maladie. L’idée est de vérifier que cet arrêt n’est pas simplement dû à de la complaisance mais fait effectivement suite à une maladie. Les conséquences peuvent être tout simplement l’arrêt du versement de ce qu’un vrai malade aurait pu toucher, du côté de l’assurance maladie mais aussi du côté de l’entreprise – qui peut verser un complément – et un retour anticipé de la personne à son poste de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.