Take a fresh look at your lifestyle.

Dakar : un défi mécanique pour les participants

0

Ceux qui ont eu la chance de participer ou assister au Dakar le savent : c’est l’une des courses les plus difficiles au monde. À chaque édition, on recense de nombreux participants dans différentes catégories qui abandonnent au milieu des épreuves. Certes la victoire est importante, mais ce qui compte le plus, c’est parvenir à franchir l’arrivée. Il n’est pas surprenant à cet effet de voir les constructeurs puisant dans leurs imaginations les plus profondes pour fournir à leur poulain des véhicules originaux pour s’attaquer au Dakar.

Voitures d’assistance

Pour avoir toutes les chances de franchir d’abord l’arrivée avant de penser au gain de l’épreuve, les participants au Dakar doivent disposer d’un véhicule fiable. Autrement dit, il est impératif que la machine jouisse d’un niveau de performance à la hauteur des conditions imposées par le rallye. Par conséquent, tous les participants ont à leur disposition leur propre voiture d’assistance. Dans la majorité des cas, ce sont des monstres de 1 000 chevaux et ayant participé à l’épreuve auparavant.
Malgré leur poids qui est de 10 tonnes environ, ces engins savent parfaitement naviguer sur les terrains difficiles du Dakar. Ils transportent à peu près 60 000 pièces de rechange. C’est un garage mobile. Pour les écuries ayant les grands moyens, il est possible pour ses ingénieurs et mécaniciens de rebâtir un véhicule dans son état d’origine après chaque étape.

Lire aussi : L’importance d’une bonne mécanique sur le Dakar

Des réparations inattendues

Vu l’état des pistes durant le Dakar, tout véhicule n’est pas exempt d’éventuels accidents qui peuvent endommager certaines parties. Et étant donné que l’accès des participants aux voitures d’assistances est réglementé, ils doivent se débrouiller avec moyens à bord dans certains cas pour mettre leur bolide en état de marché.
Certes l’itinéraire est très long, mais la course est très serrée notamment au niveau de têtes de peloton. En effet, une réparation mécanique de quelques minutes peut pénaliser un conducteur ou un pilote dans le classement général et peut même l’empêcher à gagner l’édition.

La conception de l’armature

Même s’ils sont inspirés des prototypes mis en vente sur le marché public, toutes les voitures ou motos qui concourent à l’épreuve subissent diverses modifications. Ces dernières ont pour seul objectif de permettre, avant tout, aux véhicules d’arriver à la destination finale. La majorité des véhicules participant aux Dakar sont conçus avec des matières généralement utilisées par la NASA.
Les techniques de conception ont pour objectif d’offrir aux véhicules une grande stabilité, et aux conducteurs une expérience de conduite de qualité et dans le confort total.

La gestion du carburant

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Dakar s’étend sur 9000 km. Outre l’obligation d’avoir le carburant nécessaire pour parcourir les étapes, les concurrents doivent prendre en compte qu’ils sont contraints de passer par un trajet qui se trouve à 5000 m d’altitude. Par conséquent, ils doivent effectuer divers réglages de temps en temps puisque les carburateurs classiques ne supportent pas ces conditions géographiques.
Heureusement que des ingénieurs cherchent des moyens innovants pour permettre à chaque moteur de conserver sa puissance même en haute altitude. Par exemple, l’écurie HONDA a revisité l’ancien système d’injection électronique utilisé par l’écurie en 1982 pour être adapté à Honda CRF450-X qui a participé à ce Dakar 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.