Take a fresh look at your lifestyle.

Comment développer son propre jeu vidéo ?

0

Il n’existe pas de méthodes toute faite pour construire un bon jeu vidéo rapidement. Il y a en effet beaucoup d’étapes à franchir avant de réaliser un jeu destiné à un support informatique. Chaque écran et mouvement doivent être programmés.
Les jeux vendus par les grands éditeurs de jeux vidéo utilisent un code complexe. Il est d’ailleurs bien souvent « décomposé » en une multitude de fonctions et d’éléments s’actionnant en fonction des actions précédemment réalisées.
Néanmoins, des jeux simples peuvent être programmés à l’aide de langages de programmation et de plateformes d’apprentissage comme Scratch, Kodu ou Project Spark.

Les questions à se poser

S’il vous prend réellement de programmer votre propre jeu pour ordinateur, vous devrez répondre aux questions suivantes:

  • Comment un sprite se déplacera-t-il sur l’écran ? (Un sprite est une unité informatique pouvant correspondre à un pixel, à un personnage ou à tout autre élément considéré comme un tout autonome par le développeur)
  • Quelles règles contrôlent le monde dans lequel vit votre personnage ? (Gravité ? Lois ?)
  • Comment les ennemis se comportent-ils et bougent-ils ?
  • Que se passe-t-il lorsque le monde, les sprites et les ennemis entrent en contact ?

Répondre à ces questions fait partie du processus de développement et vous donneront une idée de la manière dont votre jeu va se comporter, ce qui vous aidera à faire le meilleur jeu possible.

Scratch et Kodu, les leaders du DIY

Scratch et Kodu sont les 2 outils les plus célèbres et les plus populaires en matière de plateforme gratuite de développement de jeux vidéo. Scratch commence d’ailleurs à être enseigné dès le collège, voire la primaire, pour permettre aux plus jeunes de s’initier aux joies de la programmation et d’en découvrir les rouages basiques.

Contrairement à Scratch, Kodu a une interface en 3D, ce qui permet de créer des univers élaborés et des jeux plus complexes et immersifs. Il est ainsi visuellement plus excitant que Scratch, ce qui devrait permettre à bon nombre d’enfants de s’amuser dans leurs premiers pas de développeur, ce qui est moins évident avec Scratch, plus austère.

Par ailleurs, Kodu permettra sans doute aux plus doués de s’améliorer davantage, grâce aux défis progressifs qu’il propose, relatifs à des techniques de programmation.

Pour conclure, si Kodu semble adapté aux esprits les plus créatifs et les plus exigents, Scratch permet sans doute une prise en main plus rapide, notamment grâce à sa communauté de fans et à ses forums, qui permettent de trouver des réponses rapides à toute question.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.