Take a fresh look at your lifestyle.

Porc sans antibiotique, la nouvelle exigence d’une alimentation saine ?

0

L’élevage intensif de porc a massivement recours aux antibiotiques, ce qui présente de graves risques pour la santé des consommateurs. Fort heureusement, l’élevage bio vient à la rescousse de ces derniers en proposant des produits plus sains. Notre jambon est sans antibiotique déclarent les éleveurs bio qui se montrent plus consciencieux et plus transparents dans leurs démarches de production. Dans la suite, voyons ce qu’il en est.

Les antibiotiques, une bombe à retardement pour les consommateurs

Qui aurait un jour pensé que les médicaments censés protéger les porcs et donc les consommateurs, allaient être au cœur d’un scandale sanitaire sans précédent ? Au fil des années, les virus et les bactéries qui contaminent les bêtes ont développé une résistance aux antibiotiques. Ces micro-organismes sont devenus si résistants que la viande « malade » finit par atterrir dans nos assiettes.

Et dans l’élevage industriel, les animaux sont confinés, vivent dans des conditions d’hygiène déplorables, au milieu de leurs propres déjections ou des cadavres de leurs congères. Les associations de défense animale ont même découvert une forme de cannibalisme chez les cochons en élevage intensif

Tous ces facteurs contribuent à la prolifération des maladies, à l’intensification de l’usage des antibiotiques et donc au développement exponentiel des bactéries résistantes. Or ces bactéries résistantes et les nombreuses pathologies qui affectent les cochons sont transmissibles à l’Homme. Vous l’aurez compris, le danger est bien réel…

Quand l’élevage bio veut réduire l’utilisation d’antibiotique 

En élevage bio, les pratiques pour soigner les animaux sont différentes. Si le recours aux antibiotiques naturels est de rigueur, il n’en demeure pas moins que leur usage est limité au strict minimum. Les éleveurs misent plutôt sur des traitements à base de plantes pour prévenir les maladies. Et justement, la prévention passe indéniablement par l’assainissement des box des animaux.

Et pour limiter la transmission des virus, les cochons sont élevés sans la promiscuité des élevages intensifs. Les éleveurs bio peuvent avoir recours aux traitements médicamenteux, mais pas plus de trois fois par an. L’objectif recherché ici est donc de stopper la prolifération des maladies, tout en évitant que les viandes se retrouvent surchargées en antibiotiques, dont certains sont particulièrement toxiques. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.