Take a fresh look at your lifestyle.

Quels sont les critères de choix d’un détective privé ?

Les agences de détectives privés ont plusieurs domaines d’expertises. Ils interviennent dans la recherche de personnes disparues, dans la recherche de preuves d’adultère, dans l’espionnage pur et simple ou encore dans la recherche de preuves d’insolvabilité financière par exemple. Toutes ces interventions nécessitent de la prudence et de la délicatesse que seul un détective privé expérimenté peut vous offrir. Dans la multitude d’agences sérieuses comme moins sérieuses, il va falloir choisir. Voici pour vous quelques critères !

L’agence exerce-t-elle légalement ?

Il n’existe qu’une seule façon de répondre à cette question : vous rendre au CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) afin d’obtenir toutes les informations relatives aux autorisations données à l’agence de détective privé avec laquelle vous envisagez de signer un contrat de prestation.  En effet, c’est au CNAPS de décider qui peut exercer en tant que détective privé et qui ne peut le faire. Des critères précis permettent à cet organisme public de donner aux cabinets qui y répondent un agrément, un droit d’exercer sur le territoire français et international si l’agence en a les ressources. LE CNAPS vous informera également sur les domaines d’expertise du cabinet que vous enquêtez. Ainsi, il peut s’agir d’un cabinet généraliste qui enquête sur un peu de tout ou d’un cabinet qui s’est spécialisé dans deux ou trois domaines précis. Rendez-vous ensuite sur le site internet de l’agence pour par exemple obtenir des témoignages des prestations de l’agence de détective privé et si possible demandez autour de vous. C’est pour cela qu’il est préférable de choisir une agence qui couvre votre zone géographique. Vous pourrez ainsi entrer en contact avec eux autant de fois que vous le voudriez. Par exemple, contactez l’agence Frosini Detective à Marseille pour vous mener l’enquête que vous désirez.

Qui officie en tant que détective principal de l’agence ?

Il est important de connaître la personne qui est responsable des enquêtes  de l’agence. Il peut s’agir d’un ancien policier, un ancien militaire ou simplement une personne qui a un diplôme reconnu par le RNCP. Le détective peut par exemple être détenteur d’un CQP de salarié détective ou être un détective certifié avec plusieurs compétences acquises telles que la gestion d’une agence de détective privé. Le détective privé peut aussi être détenteur d’une Licence professionnelle d’agent de recherches privées de l’Université de Nîmes par exemple. Paris II délivre également une Licence professionnelle Sécurité des biens et des personnes. Le détective privé que vous avez sollicité doit disposer de l’un de ces certifications ou diplômes.  Vous demanderez à voir sa carte professionnelle pour vous en assurer. Pour avoir une idée de la procédure qu’il entend suivre, posez-lui la question et écoutez-le. Si sa méthode paraît plausible, vous pouvez lui confier votre enquête. Vous pouvez aussi vous rapprocher d’une autre agence pour évaluer l’efficacité de chaque approche.

L’ARP a-t-elle souscrit à une assurance responsabilité professionnelle ?

C’est une question que vous devez poser au responsable de l’agence. Il s’agit d’une protection qui vous protège tous les deux et qui permet à l’assureur de prendre en charge toutes les réparations des erreurs occasionnées sur le terrain du fait de l’enquêteur. Bien sûr, c’est au client de demander réparation pour faute grave. Et c’est pour cela qu’il doit s’en assurer.

L’ARP accepte-t-elle de signer un mandat écrit ?

La recherche d’informations par le détective engage à la fois la responsabilité de l’agent et celle du client. Les deux parties doivent donc signer un document commun, un mandat qui autorise le détective à effectuer pour le compte du client des recherches. Dans le document, il est indiqué le motif et l’objectif de la mission, la personne en charge de la mission (nom, prénoms, coordonnées, agrément numéro de carte professionnelle) ainsi que le nom du commanditaire. La zone d’intervention devra également être indiquée autant que la date de début et de fin de la mission et pour finir le montant des honoraires. Ce document légal, vous devez l’exiger du détective privé. S’il n’en veut pas, c’est forcément qu’il n’est pas sérieux. Collaborer avec lui pourrait vous créer des ennuis.

Les commentaires sont fermés.