Take a fresh look at your lifestyle.

Testament, obsèques, cercueil : faire face à la mort

0

« S'il est un temps de naître, il est un temps de mourir ». (Victor Cherbuliez)

Naître, vivre, vieillir, les grandes étapes de l’existence avec pour seule et unique finalité : celle de ne plus être un jour. C’est d’ailleurs le cycle naturel que suit toute vie. Et, si au moment de la disparition d’un proche, les jalons importants de la vie passée à ses côtés refont surface et rendent sa disparition d’autant plus douloureuse, chacun vit alors à sa manière cet instant douloureux. Quoi qu’il en soit, il faut alors faire face à la douleur, au mal de vivre qui assaillent et qui se manifestent tant sur le plan psychologique que sur le plan physique. Mais voilà s’il n’est pas possible d’anticiper la réaction de ses proches le dernier jour du reste de sa vie, il en est tout autrement en ce qui concerne ses préparatifs. De l’application du testament jusqu’à la tenue des funérailles, de nombreuses entreprises proposent leurs services. 

Organiser ses obsèques de son vivant

Organiser son enterrement n’est certes pas la chose la plus agréable à laquelle nous sommes préparés. Mais par que les démarches ne soient pas un poids supplémentaire à affronter pour les proches endeuillées, mieux vaut les préparer en amont. En se rapprochant d’une entreprise funéraire, cela permet à tout un chacun de planifier un enterrement qui soulage les proches de faire des choix le Jour J, mais aussi d’être sûr(e) d’avoir un enterrement qui corresponde à ses attentes. Entre l’offre packagée et l’offre sur mesure, il est alors possible de les prévoir dans les moindres détails. En parallèle, il est également possible de pré-financer tout ou partie de ces prestations au travers d’un contrat obsèques ou d’un compte épargne par exemple. 

Et contrairement à la légende urbaine, préparer ses obsèques ne porte pas malheur. Cette organisation peut alors porter sur les grandes lignes comme le choix de la cérémonie ou de la sépulture, mais aussi porter sur les détails à l’image du faire-part de décès, des fleurs, des chants ou encore des textes. Quant à l’enterrement, ce dernier peut avoir lieu dans le cimetière de la ville de son domicile, de celle du décès, dans le caveau familial ou encore dans une concession d’une tout autre ville, sous réserve de l’acceptation du maire. Il faut également penser au don d’organes ou au don de corps. En effet, à moins de s’être opposé de son vivant au don d’organes, chacun est légalement considéré comme consentant. Quant au don du corps, il s’agit là d’une tout autre démarche et il faut, pour cela se rapprocher de la faculté de médecine pour en connaître les modalités. Sans oublier, bien entendu de prévoir la transmission de ses biens et de son patrimoine via un testament, établi selon les règles en vigueur et établie devant notaire en présence de deux témoins. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.